Flammes du père inconnu

Fils d’une institutrice et d’un militaire, André Girod aurait pu porter, à jamais, les stigmates de ce mal qui accabla sa petite enfance, être un de ces individus à la vie étouffée, confinée… Ce fut l’inverse qui se produisit. Plutôt que de l’enferrer dans un quotidien étroit et de le pousser à bâtir une vie stable et rassurante, il sembla développer en lui une inextinguible soif de liberté, un inépuisable esprit anticonformiste, une volonté de se construire dans les marges, dans l’ailleurs. Rapidement, aux lendemains de la guerre, la France apparut ainsi trop petite pour celui qui embrassa une carrière d’enseignant, trop limitée pour son appétit, pour sa curiosité, pour son espièglerie, pour son goût pour l’inconnu… Alors: partir. Jamais pour fuir, toujours pour se réaliser. Dans les cadres de l’Europe d’abord. Puis élargir totalement l’horizon et se frotter aux Amériques…
Sage et pondéré, André Girod ne le fut certainement jamais. Sa personnalité entière, retentissante, vagabonde, jouisseuse, il l’a traînée des rues du Ménilmontant de son enfance à l’Alaska, sans jamais succomber aux compromis, aux négociations, quels qu’ils soient. Homme bouillonnant de vie, hédoniste, amant et séducteur, il arpente ici, avec une joie non feinte, les sentiers de son existence et compose par la même occasion l’autobiographie du plus globe-trotter des enseignants.

506 pages  -  ISBN : 9782748345902  -  Biographies > Commander le livre
La presse en parle

La Marseillaise

Chanter la Marseillaise au début du spectacle était pour les Français un moment très touchant: Debout devant des centaines d'Américains qui se levaient, la main sur le coeur, ils comprenaient la valeur d'un hymne national. Les Américains faisaient de même.
Singing the Marseillaise before the show was an intense moment for the French children. The Americans would stand up, hands on hearts in a moving ceremony.
Souvent le titre des journaux américains était en français : vive la France. Comme avait dit Michel Péricard, député-Maire de Saint Germain en Laye, c'était l'opération "Cocorico"!
Posté le 05/07/2009 14:06:51 2 commentaire(s)
Laissez un commentaire
Votre nom ou pseudonyme * :
Votre e-mail * :
Votre message * :

* Champs obligatoires.